rechercher

La prise en charge des patients souffrant de polyarthrite rhumatoïde est en pleine révolution. Cette révolution est essentiellement due à l'arrivée de nouvelles modalités thérapeutiques qui sont bien entendu efficaces sur la symptomatologie douloureuse (douleur ressentie par les patients) et fonctionnelle (difficultés à effectuer les gestes de la vie quotidienne), mais qui semblent aussi pouvoir ralentir, stopper, voire faire régresser des lésions (atteinte du cartilage, dégâts des tendons et des os) qui, jusqu'à présent, semblaient être au-delà de toute thérapeutique.

Ainsi, la révolution actuelle est que le principal rôle du traitement de la polyarthrite rhumatoïde n'est plus de SOULAGER, mais de PRÉVENIR. Ceci sous-entend que l'on puisse (doive) reconnaître les patients le plus tôt possible et traiter les patients qui sont à risque de déformations à un stade précoce. Ceci passe par une meilleure formation et information du corps médical (médecins généralistes, rhumatologues), mais également des patients eux-mêmes qui doivent connaître les symptômes d'alerte et consulter un rhumatologue.
De même, ce concept (prévenir versus soulager) sous-entend que l'indication d'un traitement et le suivi du traitement (prise quotidienne du traitement par le patient) ne sont pas en raison des douleurs que ressent le patient au moment où il prend le traitement, mais en raison d'un potentiel futur handicap. Pour atteindre cet objectif (prise continue d'un médicament alors que le patient ne ressent pas de symptôme), celui-ci doit être parfaitement éduqué sur sa maladie. Rappelons ici que la notion d'"éducation" est un peu différente de celle d'"information" puisque l'éducation sous-entend qu'une fois informé le patient va modifier son attitude par rapport à la maladie (ici, par exemple, bien suivre son traitement même en l'absence de symptômes).
De même, de nombreux progrès ont été faits sur la prise en charge des douleurs et de l'inflammation, ainsi que sur les programmes d'exercices physiques. Ainsi, il a paru tout à fait logique à toute l'équipe de l'Institut de Rhumatologie de l'Hôpital Cochin de mettre à jour le manuel d'information sur la polyarthrite rhumatoïde et de proposer maintenant cette troisième édition qui, nous l'espérons, devrait permettre aux patients et aux soignants de mieux prendre en charge cette maladie chronique qu'est la polyarthrite rhumatoïde.

Professeur Maxime DOUGADOS,
Institut de Rhumatologie,
Groupe hospitalier Cochin, Paris