La Polyarthrite Rhumatoïde en 100 questions

Les 100 questions

3. 2. Mieux comprendre comment prendre en charge une polyarthrite rhumatoïde -
Quelles sont les modalités de suivi de la polyarthrite rhumatoïde ?

27. Comment évaluer la sévérité de la polyarthrite rhumatoïde ?

Dernière mise à jour : 22-10-2018

La sévérité de la maladie est généralement définie par les conséquences de la persistance de l’inflammation sur les structures articulaires (notamment le cartilage) et les structures proches des articulations (en particulier les tendons) avec notamment arthrose (pour le cartilage) et rupture tendineuse (pour les tendons).

L’évaluation de la sévérité se fait donc sur l’existence de ces lésions (on parle de dommages structuraux). Le moyen le plus simple est la radiographie standard à la recherche de lésions cartilagineuses. Toutefois, la sévérité de la maladie peut également être définie par l’atteinte des grosses articulations telles que la hanche, ou bien de petites articulations, mais localisées à un endroit dangereux comme la partie haute du rachis cervical (à cause de la proximité de la moelle épinière).

Enfin, la sévérité de la maladie peut également être définie par l’existence de signes extra-rhumatologiques avec par exemple une vascularite.

L’atteinte du cartilage (arthrose) entraîne une gêne fonctionnelle, qui peut être évaluée par un questionnaire à remplir par le patient, appelé HAQ qui est un acronyme anglais pour Health Assessment Questionnaire. Le score obtenu varie de 0 à 3, une valeur au-dessous de 0,5 est considérée comme normale. Il faut toutefois savoir que cette gêne fonctionnelle (et donc un score de HAQ élevé) s’observe également en cas de maladie inflammatoire avant toute atteinte structurale.

À retenir

La sévérité de la PR s’évalue en recherchant s’il existe un handicap fonctionnel, la présence de lésions radiographiques et des manifestations extra-articulaires.
Précédent Haut de page Suivant