La Polyarthrite Rhumatoïde en 100 questions

Les 100 questions

3. 5. Mieux comprendre comment prendre en charge une polyarthrite rhumatoïde -
Quels sont les traitements de fond de la polyarthrite rhumatoïde ?

49. Qu'appelle t-on thérapeutique ciblée ?

Dernière mise à jour : 22-10-2018

Une thérapeutique ciblée est une thérapeutique dont le mode d’action est parfaitement connu.

Grâce à une meilleure connaissance des mécanismes cellulaires (à la surface et à l’intérieur des cellules) en cause dans la PR, il est possible depuis maintenant une vingtaine d’années de fabriquer des médicaments qui vont agir de manière précise sur les mécanismes responsables de l’inflammation. On différencie ces thérapeutiques des autres qui ont été découvertes soit par hasard, soit après avoir testé une multitude de molécules au laboratoire sur des modèles animaux de polyarthrite. Ces derniers sont appelés thérapeutiques conventionnelles.

Les principales cibles sont représentées soit par des cytokines (molécules qui permettent la discussion entre 2 cellules) soit par des récepteurs à la surface des cellules. Prenons deux exemples pour illustrer cela :

• La cytokine appelée TNF entre en contact avec certaines cellules, ce qui va entraîner toute une cascade à l’intérieur de cette cellule. Celle-ci va fabriquer à son tour des substances responsables de l’inflammation.

Aussi, a-t-on envisagé de bloquer le TNF en fabriquant des anti-TNF afin d’empêcher toute cette cascade d’évènements. On a également envisagé de bloquer le TNF en fabriquant des anti-TNF pour empêcher toute cette cascade d’événements. On a aussi envisagé de bloquer d’autres cytokines (appelées aussi Interleukines) qui participent aux mécanismes de l’inflammation. C’est notamment le cas des molécules bloquant l’interleukine 6, l’interleukine 1, l’interleukine 17...

• Si l’on bloque les récepteurs de la cytokine, on empêche la cellule d’être « stimulée » par la cytokine et donc elle ne fabrique plus d’autres substances (médiateurs) responsables de l’inflammation. C’est notamment l’exemple de l’abatacept, qui inhibe la connexion entre 2 cellules de l’immunité, bloquant ainsi l’entretien de l’inflammation. C’est également l’exemple de la molécule CD 20 qui se situe à la surface d’autres lymphocytes appelés lymphocytes B.

Toutefois, la cible peut être également à l’intérieur d’une cellule. C’est l’exemple des médicaments qui bloquent l’action d’une enzyme appelée Janus Kinase (le plus souvent on parle de JAK). Ces inhibiteurs de JAK agissent donc APRèS que la cellule ait été stimulée par le contact. Ainsi cet inhibiteur de l’enzyme empêche la cellule de fabriquer les médiateurs de l’inflammation

À retenir

On distingue eux grands types de traitements de fond selon leur mode d’action. Les traitements de fond conventionnels ont été découverts soit par hasard soit en observant leur efficacité sur des modèles expérimentaux de rhumatismes mais sans connaître a priori leur mode d’action. à l’inverse, les thérapeutiques dites ciblées ont été fabriquées pour agir à un niveau très précis (leur cible).
Précédent Haut de page Suivant