La Polyarthrite Rhumatoïde en 100 questions

Les 100 questions

3. 6. Mieux comprendre comment prendre en charge une polyarthrite rhumatoïde -
Comment gérer les traitements médicamenteux ?

56. Dois-je arrêter tout traitement lors d’une infection ?

Dernière mise à jour : 22-10-2018

Cette question est justifiée par le fait que certains médicaments de la PR (la cortisone mais également la plupart des traitements de fond) peuvent augmenter le risque d’infection

Si une infection apparaît alors que le malade est sous traitement, il n’est pas évident que son arrêt soit plus bénéfique que toxique. Par exemple, alors que la cortisone est le médicament qui expose le plus au risque d’infection, l’arrêter semble poser un risque plus grand que celui de le poursuivre même en cas d’infection (cf question 43).

En ce qui concerne les autres traitements symptomatiques (antalgiques, anti-inflammatoires non stéroïdiens), ils peuvent être continués en sachant qu’ils peuvent masquer un état fébrile. En d’autres termes, on peut penser à tort que la température est normale ou peu élevée en raison de l’action antipyrétique (contre la fièvre) associée à l’action antalgique (contre la douleur) de certains médicaments.

En ce qui concerne les traitements de fond, il est généralement conseillé de poursuivre les traitements de fond conventionnels synthétiques.

En revanche, pour les biothérapies et/ ou les traitements de fond synthétiques ciblés, il est recommandé de les arrêter en cas d’infection sévère. En pratique, on peut les poursuivre en cas de symptômes évoquant un simple rhume ou en cas de brûlures urinaires. Toutefois, il faut être prudent et vérifier que la situation clinique s’améliore en 48-72 heures. Sinon, dans le doute, il vaut mieux « sauter » une prise et contacter rapidement son équipe soignante.

À retenir

Nombre de traitements de la PR peuvent être poursuivis en cas d’infection. Toutefois, 3 notions importantes sont à retenir :
• Les traitements de la polyarthrite peuvent masquer une infection en raison de leur action à la fois antipyrétique (lutte contre la fièvre) et anti-inflammatoire (une protéine du sang témoignant d’une infection (Protéine C Réactive) peut être faussement normale même en cas d’infection sévère).
• Nombre de traitements de la polyarthrite peuvent être continués en cas d’épisode infectieux mineur.
• En cas de fièvre persistante ou de suspicion d’une infection sévère (par exemple péritonite, abcès...), il est recommandé d’arrêter de manière temporaire toute biothérapie et/ou traitement de fond synthétique ciblé.
Précédent Haut de page Suivant