rechercher


IMPRIMER
  TELECHARGER 
Précédant Suivant
29. 
Quel est l'objectif des traitements de fond de la polyarthrite rhumatoïde ?
Dernière mise à jour : 30-05-2006

Les traitements de fond sont également appelés traitements à action lente. Leur objectif est de freiner, voire d'arrêter l'évolution de la maladie. Ainsi, l'idéal est d'arrêter ou de prévenir les destructions du cartilage et de l'os. Bien entendu, parallèlement, ces médicaments sont capables d'atteindre les deux autres objectifs (lutte contre l'inflammation et contre la douleur). Ils permettent ainsi de diminuer les doses de cortisone.
Il existe deux différences essentielles et capitales à bien comprendre pour un bon suivi de sa maladie entre les traitements symptomatiques (antalgiques et anti-inflammatoires) et les traitements de fond leur délai d'action et leur effet à long terme.

• LEUR DELAI D'ACTION
A l'inverse des traitements symptomatiques, ces médicaments n'agissent sur l'inflammation et la douleur qu'après quelques semaines voire quelques mois d'utilisation. Il est donc inutile d'escompter un effet bénéfique en quelques jours et "ridicule" d'arrêter ces traitements prématurément. Il faut donc être informé d'une part, du délai d'action (début d'efficacité) et d'autre part, du temps nécessaire pour juger définitivement de l'efficacité ou de l'inefficacité du médicament. Ce temps de prise médicamenteuse nécessaire pour une efficacité maximale représente le temps au terme duquel il est possible de porter un jugement définitif (en pratique décision d'arrêter pour inefficacité) ; il est plus long que le délai d'action. Par exemple, les sels d'or peuvent commencer à être efficaces au bout d'un à deux mois, mais leur maximum d'efficacité n'est habituellement obtenu qu'après le 6ème mois. Il est donc conseillé de poursuivre les sels d'or au moins six mois avant de les considérer inefficaces.

• LEUR EFFET À LONG TERME

La deuxième différence (fondamentale) existant entre un traitement symptomatique et un traitement de fond est la décision de les arrêter. Un traitement symptomatique est indiqué en cas de maladie active (douloureuse et/ou inflammatoire).
Dès lors que la maladie n'est plus active, on peut essayer de le diminuer voire de l'arrêter. À l'inverse, si malgré ce traitement symptomatique, la maladie est toujours active, on renforce généralement ce traitement symptomatique.
A l'opposé, un traitement de fond institué pour une maladie active ne sera arrêté pour inefficacité qu'après le délai requis pour juger de cette inefficacité. En cas de maladie devenant inactive, le traitement sera poursuivi (parfois en adaptant les doses) car ce médicament a induit une rémission de la maladie. Cette rémission ne persisterait pas plus de quelques semaines en cas d'arrêt du traitement de fond.
Notre avis
 
Il est important de :
• Connaître le médicament prescrit et pour les traitements de fond, leur délai d'action (ceci afin d'éviter tout arrêt intempestif).
• Connaître les principaux inconvénients de chacun des traitements de fond prescrits. Ainsi, il sera possible de participer activement à la surveillance des traitements et alerter le médecin en cas d'anomalie (éruption cutanée, présence d'albumine dans les urines, paramètres biologiques anormaux, etc.) (cf. Annexes).
• Noter tous les traitements reçus dans le carnet de surveillance (cf. questions 46 et 47). En effet, un problème pratique fréquent est celui de récapituler les traitements antérieurement reçus chez un patient venant consulter pour la première fois. Sur ce carnet doivent être indiqués les noms des traitements, la dose, la date de début et d'arrêt et la raison de l'arrêt (puisqu'en principe on n'arrête pas un traitement de fond qui "marche").
 
 VOS SUGGESTIONS 
 ENVOYER A UN AMI