Le Gougerot Sjögren en 100 questions

Les 100 questions

2. 3. Mieux comprendre comment se manifeste un SGS - Comment interpréter les manifestations cliniques au cours d’un SGS ?

41. Ca me picote aux pieds. Est-ce à cause de mon SGS ?

Dernière mise à jour : 27-09-2012

OUI, le syndrome de Gougerot Sjögren peut entraîner une atteinte des nerfs, qui va se traduire par des picotements et/ou des sensations de brûlure, le plus souvent des membres. Le syndrome de Gougerot Sjögren, plus que les autres maladies auto-immunes systémiques (comme le lupus) peut entraîner une inflammation des nerfs périphériques qui parcourent les membres (bras et jambes). Ce type d’atteinte est appelé polynévrite ou polyneuropathie. C’est parce que le nerf est lésé par une inflammation que vous pouvez ressentir des picotements et/ou des brûlures sur le trajet du nerf, ou plus rarement une faiblesse des membres. Le diagnostic est fait par l’examen clinique et si besoin un électromyogramme qui est une forme d’enregistrement électrique du courant qui parcourt vos nerfs. Si ces nerfs sont lésés, la circulation du courant est anormale, ce qui peut se voir à l’électromyogramme. Plus rarement, il faut faire d’autres examens comme une IRM de la moelle et des nerfs ou exceptionnellement une ponction lombaire pour analyser le liquide qui circule entre le cerveau et la moelle appelée liquide céphalo-rachidien (LCR). Cette inflammation neurologique, quand elle est sévère, peut se manifester par la présence de cellules et de protéines inflammatoires dans le liquide céphalo-rachidien. Des nouvelles techniques d’examen sont en cours d’étude, notamment pour essayer de comprendre pourquoi de « petits filets nerveux » de la peau sont parfois lésés dans cette maladie. Le diagnostic de neuropathie des petites fibres (de la peau) peut nécessiter une biopsie de toute petite taille qui sera analysée au microscope. Ces atteintes neurologiques, assez fréquentes, d’un Gougerot Sjögren, justifient des traitements qui vont dépendre de la fibre lésée et de l’importance de l’inflammation cf. question 56.

À retenir

Le syndrome de Gougerot Sjögren peut se compliquer d’une inflammation des nerfs périphériques appelée polynévrite ou polyneuropathie. Ce type d’atteinte nécessite un diagnostic précis afin d’en connaître l’origine et la sévérité. Ces polyneuropathies peuvent justifier d’un traitement anti-inflammatoire ou immunosuppresseur (cortisone, immunosuppresseur, immunoglobulines intraveineuses). En cas de douleurs résiduelles, il faut trouver un traitement antalgique adapté pour contrôler cet inconfort.
Précédent Haut de page Suivant