Lupus en 100 questions

Les 100 questions

http://veganmode.fr/?kljamka=%C3%A9pinal-agence-de-rencontres&167=5a 3. MIEUX COMPRENDRE comment prendre en charge un lupus ?

53. Comment éviter les effets indésirables de la cortisone ?

http://pansolin.com.br/?sostoyaniye=site-match-relacionamento&661=28 Dernière mise à jour : 30-12-2010

blissfully
Prévenir la prise de poids et l’hypertension artérielle.
Pour éviter une hypertension artérielle, un régime « sans sel » est parfois proposé en cas de corticothérapie. En fait, le régime « sans sel » strict n’est systématique qu’en cas de « bolus » ou de fortes doses de cortisone (>15 mg/j). Un régime « peu salé » s’avère la plupart du temps suffisant. Dans les autres cas (les plus fréquents), aucune restriction de sel n’est nécessaire.
Prévenir et traiter la perte de sel (potassium)
Comme la cortisone fait perdre du potassium, un apport de potassium par la bouche est nécessaire durant la période, ou la cortisone est prescrite à dose moyenne ou forte (en général audelà de 15 mg/j), mais cela dépend aussi des traitements associés.
Prévenir le risque de diabète et d’anomalie du cholestérol
Pour éviter la prise de poids, et d’éventuels troubles métaboliques (comme l’hypercholestérolémie, le diabète), il est habituel de proposer un régime pauvre en graisses et en sucres.
Prévenir le risque de fragilité osseuse (ostéoporose)
Pour prévenir l’ostéoporose, un régime riche en calcium est conseillé. Les apports quotidiens recommandés en calcium seront la plupart du temps couverts par une alimentation équilibrée, sinon une prescription calcique complémentaire est nécessaire. Une prescription en vitamine D associée est souhaitable. La pratique régulière d’une gymnastique adaptée est également nécessaire, afin de stimuler les cellules osseuses et de tonifier les muscles. Ces prescriptions ne gênent pas la prise des médicaments efficaces sur le lupus.
Enfin, pour lutter contre l’ostéoporose, en particulier après la ménopause, certains médicaments anti-ostéoporotiques, appelés bisphosphonates, peuvent être utiles et prescrits dès la mise en route d’un traitement par cortisone. Pour éviter les infections sévères, il faut consulter rapidement son médecin en cas de fièvre, ou de symptômes évoquant une infection (toux, brûlures urinaires, éruption éruption...), et se souvenir qu’une petite lésion anodine peut s’aggraver à cause du traitement que l’on prend, si elle est négligée. Les soins d’hygiène corporelle habituels (brossage des dents, toilette intime) doivent être draconiens, mais attention aux soins de pédicure trop « agressifs », car ils peuvent favoriser les infections.
Le carnet vaccinal doit être à jour et, s’il y a un traitement immunosuppresseur associé, la vaccination antipneumococcique est recommandée.
Pour éviter l’athérosclérose accélérée, il n’y a pas de mesure spécifique. Il faut se souvenir que ce risque est d’autant plus important que la corticothérapie s’associera à d’autres facteurs favorisants, comme l’obésité, l’hypercholestérolémie et/ou la ménopause. Ce sont sur ces facteurs, éventuellement associés entre eux, qu’il faut savoir agir le cas échéant (régime, médicaments pour baisser le taux de cholestérol) cf. question 71.

A retenir

Il existe des moyens simples pour essayer de prévenir les inconvénients de la cortisone
Il est souhaitable de les connaître et d’en discuter avec le médecin (qui pourra préconiser des examens de surveillance, voire un traitement médicamenteux), mais c’est dans la vie de tous les jours que ces mesures préventives doivent être appliquées (alimentation, activités physiques...)
Précédent Haut de page Suivant