Lupus en 100 questions

Les 100 questions

rencontre pcr 2021 3. MIEUX COMPRENDRE comment prendre en charge un lupus ?

62. Comment améliorer la fatigue ?

grumpily Dernière mise à jour : 30-12-2010

Kŭlob
- Il faut tout d’abord contrôler la poussée de la maladie et mettre le lupus en rémission. - Il faut ensuite corriger toutes les causes habituelles de fatigue. Par exemple, l’anémie ou le manque de fer, qui sont très fréquents chez les femmes (une femme sur trois en âge d’avoir des enfants).
- Il faut repérer ses rythmes naturels : l’organisme a un rythme sur 24 heures avec une période de veille et une période de sommeil. Il existe, au cours de la journée, 2 pics de vigilance, à 10 heures et à 17 heures. À l’inverse, un manque de tonus, ou une somnolence, peut apparaître juste après le déjeuner en raison de l’hypoglycémie qui se produit en début de digestion. Pour retrouver la forme, il faut vivre à son rythme, certains « sont du matin », d’autres « du soir ». Pour avoir un sommeil réparateur, il faut savoir se déconnecter des choses de la vie courante, le pire obstacle au sommeil est le flux incessant des pensées. La relaxation, la sophrologie, l’hypnose peuvent avoir des effets bénéfiques. Les somnifères de type benzodiazépine sont à proscrire. Ils ne donnent, en général, pas un bon sommeil réparateur. Le sommeil artificiel est léger, avec une diminution du sommeil profond, qui est nécessaire pour récupérer. En effet, parfois, des patients longs dormeurs, fatigués le jour, peuvent avoir un meilleur sommeil profond en dormant moins.
- Il faut reprendre une activité physique régulière, progressive, comme la marche, la bicyclette, la natation.
- Il faut avoir une alimentation équilibrée, en évitant de consommer trop de sucres car, ces derniers, stimulent les pics d’insuline et provoquent une chute brutale de la glycémie. L’hypoglycémie donne des « coups de pompe ». Il faut aussi éviter de consommer du chocolat le soir qui peut avoir l’effet d’une tasse de café.
- Il faut enfin maîtriser son espace de travail, en limitant les contraintes quotidiennes liées au transport, au stress des relations professionnelles, à l’ordinateur…

A retenir

Fatigue et lupus sont souvent associés et n’ont pas toujours une évolution parallèle
Précédent Haut de page Suivant