La Polyarthrite Rhumatoïde en 100 questions

Les 100 questions

1. 1. Mieux comprendre la polyarthrtite rhumatoïde et ses enjeux -
En quoi consiste la polyarthrite rhumatoïde ?

6. Qu’est ce que le système immunitaire et à quoi sert-il ?

Dernière mise à jour : 22-10-2018

Le système immunitaire a été mis en place pour nous défendre de toute substance ou organisme étranger. C’est l’exemple d’un virus ou d’une bactérie. Il est nécessaire que l’organisme le détecte puis l’élimine le plus rapidement possible mais aussi le reconnaisse, le « fiche » pour qu’en cas « d’attaque » ultérieure il puisse l’éliminer plus facilement. Pour cela, il existe plusieurs niveaux d’organisation avec un niveau d’éléments agissant « sur le terrain » (il s’agit dans l’organisme de globules blancs appelés polynucléaires) comme par exemple des policiers de proximité dans notre société, mais également des éléments « centraux » (les lymphocytes) comme par exemple un commissariat recevant les informations des éléments du terrain et « fichant » les éléments considérés comme néfastes.

Il est facile de comprendre les avantages de ce système si un intrus manifestement néfaste comme une bactérie ou un virus s’introduit dans notre organisme. On peut aussi comprendre l’intérêt de bien connaître ce principe (et notamment celui de « fichage ») pour pouvoir lutter rapidement et efficacement en cas d’attaque ultérieure d’organisme très néfaste, comme par exemple le virus de la polio). Dans ce cas, on n’attend pas que le virus attaque une première fois pour le « ficher » mais on l’injecte sous une forme non néfaste... C’est le principe de la vaccination.

Toutefois, il faut comprendre que dans notre organisme, il existe deux types de fichiers : un pour les substances ou organismes considérés comme néfastes (le plus souvent car étrangers à notre organisme), mais également un autre pour les substances nous appartenant (foie, rein, thyroïde, articulations...). Les policiers de terrain qui patrouillent dans notre corps envoient régulièrement à notre fichier central des informations qu’ils recueillent dans notre organisme. Ils considèrent que les constituants de nos tissus sont normaux, en particulier les articulations, et ne déclenchent pas d’intervention. En cas d’anomalie détectée (par exemple le développement d’une cellule cancéreuse), le système immunitaire se met en marche pour essayer de détruire celle-ci

Le problème existe quand il y a un dysfonctionnement de ce système et notamment quand le fichier central considère comme néfaste/étrangère une partie normale de notre organisme. Dans ce cas, la personne va s’attaquer elle-même. C’est ce que l’on appelle maladie auto-immune.

À retenir

Le système immunitaire correspond à l’ensemble des mécanismes de défense de l’organisme. Il permet à l’individu de se protéger contre des agressions extérieures (par exemple des microbes ou des virus) mais aussi parfois contre des anomalies de notre propre corps (par exemple des cellules qui deviennent cancéreuses). Un défaut dans ces mécanismes peut être responsable d’une maladie comme par exemple les maladies auto-immunes quand la personne considère comme étranger ses propres.
Précédent Haut de page Suivant