La Polyarthrite Rhumatoïde en 100 questions

Les 100 questions

2. 1. Mieux comprendre comment se manifeste une polyarthrite rhymatoïde -
Comment faire le diagnostic d’une polyarthrite rhumatoïde ?

15. Quelle est la différence entre une maladie active et une maladie sévère ?

Dernière mise à jour : 22-10-2018

Pour comprendre cette question, il faut se souvenir que la douleur et la gêne fonctionnelle au cours de la PR peuvent être liées soit à l’inflammation de l’articulation soit à la destruction de l’articulation.

On sait que l’inflammation persistante va être responsable d’une destruction (atteinte du cartilage et/ou des tendons).
Ceci est résumé dans le schéma ci dessous.

Bien que le niveau de douleur ou de handicap soit la résultante de l’inflammation et de la destruction, il est primordial en pratique quotidienne de les distinguer car en cas d’inflammation, il faudra administrer des traitements contre cette inflammation (nombreux sont ceux qui sont à notre disposition), alors qu’en cas de douleur en rapport avec une destruction (c’est notamment le cas de  l’arthrose due à l’atteinte du cartilage :  on parle ici d’arthrose post-arthrite), il ne servira à rien de proposer des traitements spécifiques à la polyarthrite et il faudra traiter cette arthrose comme telle (voir « L'arthrose en 100 questions » sur le site www.rhumatismes.net).

On comprend aisément ici pourquoi il faut traiter les patients le plus tôt possible, c’est-à-dire quand la douleur est dûe à l’inflammation, alors que celle-ci n’a pas encore entraîné de dégâts articulaires (on parle aussi de dommages structuraux).

Une maladie active se traduit pas des douleurs de type inflammatoire réveillant le malade dans la deuxième partie de la nuit, responsable d’un dérouillage matinal d’au moins 30 minutes et cèdant relativement à l’activité physique. Dans ce cas, l’articulation va être gonflée et douloureuse et l’inflammation peut se traduire sur les examens biologiques par une élévation de la Protéine C Réactive et/ou une augmentation de la vitesse de sédimentation globulaire.

Une maladie sévère se traduit par des douleurs que l’on qualifie de type mécanique survenant essentiellement après utilisation de l’articulation (après un certain temps de marche par exemple). Ces douleurs sontgé néralement calmées par le repos.

Force est de reconnaître que cette distinction entre maladie active et maladie sévère est facile à décrire sur le papier mais, en réalité, elle est parfois difficile à cerner car inflammation et destruction peuvent coexister chez un même patient. C’est ici l’intérêt des investigations comme les examens biologiques mais aussi l’échographie. Cette dernière va pouvoir confirmer l’existence d’une inflammation synoviale et de plus va permettre de savoir si cette inflammation est active avec l’existence d’une synovite vascularisée (irrigation par les vaisseaux sanguins). à l’échographie, cette vascularisation s’évaluera par l’effet doppler. On parle de synovite « froide » quand il n’y a pas d’hypervascularisation à l’échographie (ce genre de synovite froide peut s’observer en cas de maladie inflammatoire mais peut aussi s’observer en cas d’arthrose) et de synovite « active » quand on observe une vascularisation (on parle de doppler positif avec même une graduation - I à III - en fonction de l’importance de cette vascularisation).
q15

À retenir

On dit qu’une maladie est active quand il existe des symptômes et des signes traduisant une inflammation (douleur réveillant la nuit, raideur du matin, gonflement articulaire, signes d’inflammation dans les examens biologiques (augmentation de la Protéine C Réactive (CRP), et de la vitesse de sédimentation globulaire (VS)) et présence de synovites « actives » si l’on fait un examen échographique des articulations.
On dit qu’une maladie est sévère quand cette inflammation a entraîné des dégâts articulaires conduisant à une arthrose et à des déformations articulaires liées aussi à des ruptures tendineuses.
Il est crucial de différencier ces 2 notions car le traitement d’une maladie active est différent de celui d’une maladie sévère.
Précédent Haut de page Suivant