La Polyarthrite Rhumatoïde en 100 questions

Les 100 questions

3. 3. Mieux comprendre comment prendre en charge une polyarthrite rhumatoïde -
Quels sont les traitements médicamenteux de la polyarthrite rhumatoïde ?

39. Quels médicaments peut-on injecter dans une articulation et dans quelle situation ?

Dernière mise à jour : 22-10-2018

Les corticoïdes sont les médicaments les plus fréquemment injectés dans une articulation (cf annexe 4). Les infiltrations de corticoïdes sont réalisées en cas d’inflammation persistante d’1 à 3 articulations. Dans ces cas-là, il peut en effet être préférable d’administrer le traitement par voie locale plutôt que par voie générale. Les infiltrations sont réalisées par des rhumatologues ou des radiologues à l’hôpital ou en cabinet libéral.

Le nombre total d’infiltrations de corticoïdes doit être limité, pour éviter une corticothérapie générale en raison du passage possible dans l’ensemble de l’organisme des corticoïdes après l’infiltration. Dans une même articulation, le nombre d’injections doit être limité à trois injections par an. Les injections de corticoïdes peuvent éventuellement se faire sous contrôle radiographique ou échographique. En cas de diabète, un contrôle de la glycémie doit être réalisé après l’infiltration.

Afin de diminuer la douleur, l’infiltration peut être réalisée sous anesthésie locale (patch de lidocaïne (Emla®)) ou après inhalation d’un gaz (protoxyde d’azote (Meopa)). Après l’infiltration, il est recommandé de mettre au repos l’articulation pendant 48 heures.

Il faut garder à l’esprit que ces injections intra-articulaires de corticoïdes sont indiqués en cas de maladie rhumatoïde active même si cette activité se limite à une ou quelques articulations. Il faut aussi garder à l’esprit que les corticoïdes sont des traitements symptomatiques efficaces mais n’ont pas ou peu d’effet sur l’évolution à long terme de la maladie. Aussi, en cas d’indication d’infiltrations surtout si elles sont répétées ou multiples, faudra-t-il se poser la question de l’intérêt de modifier et/ou d’intensifier le traitement de fond en cours.

À l'inverse, en cas d’arthrose secondaire à la PR, on peut avoir recours à des injections d’acide hyaluronique. (voir « L'arthrose en 100 questions » sur le site www.rhumatismes.net)

À retenir

Une injection de corticoïdes (infiltration) est un geste simple qui permet de faire régresser une inflammation persistante d’une articulation. Mais il faut toujours se poser la question de l’adaptation du traitement de fond en cas de nécessité d’infiltrations répétées.
Précédent Haut de page Suivant