La Polyarthrite Rhumatoïde en 100 questions

Les 100 questions

2. 2. Mieux comprendre comment se manifeste une polyarthrite rhymatoïde -
Comment évolue la polyarthrite rhumatoïde ?

22. Peut-on espérer guérir la polyarthrite rhumatoïde dans un futur proche ?

Dernière mise à jour : 22-10-2018

Il est rare de guérir une authentique PR évoluant depuis plusieurs années. On entend en effet par guérison l’obtention d’une rémission persistante malgré l’arrêt de tous les traitements, et l’absence de récidive.

Lorsque la rémission est obtenue et qu’elle persiste, votre rhumatologue essaie d’arrêter les corticoïdes (si vous en prenez), puis un éventuel traitement biologique (ou un traitement chimique ciblé inhibiteur de JAK), pour enfin diminuer les doses de votre traitement de fond conventionel (le plus souvent le méthotrexate).

Il est très rare de pouvoir arrêter tous les traitements, surtout chez les patients qui ont des auto-anticorps de la maladie (facteur rhumatoïde ou anti-CCP). Il est tout de même décrit, chez certains patients, des « lunes de miel » au cours desquelles la maladie semble éteinte, permettant ainsi un sevrage de tout traitement.

Les rhumatologues, et les chercheurs qui travaillent avec eux, ont toutefois toujours l’objectif de guérir la PR. Ceci paraît compliqué car il faudrait en quelque sorte reprogrammer le système immunitaire pour le rendre tolérant contre les « auto-antigènes ». Quelques pistes existent : traiter très précocemment de manière incisive (peut-être même avant le diagnostic formel de PR !), cibler le métabolisme des cellules pour les forcer à se reprogrammer, stimuler les mécanismes régulateurs du système immunitaire...

À retenir

Si on sait contrôler la maladie de la majorité des patients, on ne sait pas guérir la PR avérée. Certains patients, notamment ceux sans auto-anticorps (facteurs rhumatoïdes, anti-CCP), bénéficient parfois de longue accalmie de leur maladie malgré l’arrêt de tout traitement.
L’espoir d’obtenir une guérison existe, avec une recherche productive (nouvelles stratégies, nouvelles cibles, stimulation des mécanismes anti-inflammatoires...)
Précédent Haut de page Suivant