La Polyarthrite Rhumatoïde en 100 questions

Les 100 questions

4. 1. Mieux vivre avec une polyarthrite rhumatoïde -
Peut-on fonder une famille avec une polyarthrite rhumatoïde ?

74. Est-ce que la polyarthrite modifie la vie sexuelle ?

Dernière mise à jour : 22-10-2018

On peut avoir une PR et une vie sexuelle tout à fait épanouie. Il peut néanmoins exister une diminution de la libido, de la fréquence des rapports sexuels, une sécheresse vaginale et une baisse de la satisfaction globale de la vie sexuelle.

Les raisons peuvent être multiples et sont classées en trois catégories.

• Primaires : impact direct de la maladie sur la sexualité. Elles sont rares mais il peut arriver une diminution du taux de testostérone expliquant une baisse de libido dans les deux sexes et une dysfonction érectile chez l’homme.

• Secondaires : liés aux symptômes de la maladie ou aux effets secondaires des traitements. Ces derniers ont été peu étudiés d’où la nécessité de signaler une baisse de libido, des douleurs à la pénétration, une insuffisance érectile, une recrudescence des infections génitales, des troubles de l’éjaculation ou des troubles de l’orgasme.
La sexualité peut aussi être entravée par des douleurs articulaires avec certaines positions difficiles, une dépression, l’expression d’une maladie cardiovasculaire, des nausées, une modification de l’image corporelle ou encore une baisse de l’estime de soi...

• Tertiaires : liés à l’impact psychosocial avec une modification des rôles dans le couple, parfois une baisse de revenu, une redéfinition des projets de vie.

Des solutions existent, chaque membre de l’équipe soignante pouvant aider le patient/le couple à s’adapter aux changements. Chaque situation est unique et particulière, nécessitant une évaluation consciencieuse. Les patients sont encouragés à discuter de ces questions même si elles peuvent apparaître gênantes, car elles impactent fortement la qualité de vie mais peuvent aussi permettre de dépister des comorbidités (cardiovasculaire et dépression) (cf question 18). Une orientation vers un professionnel des soins psychologiques peut être proposée dans les situations de souffrance et de détresse liées à ces impacts.

À retenir

La PR n’empêche en rien une vie sexuelle satisfaisante. Si celle-ci est altérée, n’hésitez pas à en discuter avec votre rhumatologue ou l’équipe de rhumatologie qui vous prend en charge pour dépister des comorbidités, des effets secondaires de traitements, et vous proposer les solutions existantes. Un professionnel des soins psychologiques peut également vous aider.
Précédent Haut de page Suivant